Télécharger les règles du jeu

Règles valables pour tous types d’emplacements 1 Emplacement, sécurité et cohabitation

  • —  Pour aménager un jardin de poche, choisissez un espace qui une fois cultivé
    • —  ne gênera pas les autres usages de cet espace : jeux, chiens, événements, etc.;
    • —  n’obstruera la vue ni pour les piétons ni pour les cyclistes, ni pour les automobilistes ;
    • —  ne représentera pas un obstacle pour les personnes à mobilité réduite, en particulier si des bacs, barrières ou bordures sont installées;
    • —  ne représentera pas de nuisances pour les voisins directs : évitez de vous placer sous leurs fenêtres !
  • —  Si vous souhaitez cultiver des plantes comestibles, veillez à ce que de l’eau soit disponible sur place : domicile, commerçants du quartier ou fontaine de la ville. Attention, les fontaines ne peuvent servir qu’à se fournir en eau, et non à laver vos légumes.
  • —  Garantissez l’accès de votre jardin de poche à toutes et à tous : pas de barrière fermée.

2 Choix des plantes, écologie et biodiversité

  • —  Choisissez des fleurs, des plantes aromatiques ou potagères ou des buissons de petits fruits, mais pas d’arbres.
  • —  Privilégiez les espèces indigènes1 ou les plantes comestibles.
  • —  Bannissez les espèces exotiques envahissantes figurant dans les listes noires et d’observation publiées sur http://www.infoflora.ch; si possible éliminez celles qui s’invitent toutes seules.
  • —  Travaillez avec des modes de culture respectueux de l’environnement – terreau de compost, produits biologiques. L’utilisation de produits phytosanitaires de synthèse et d’engrais chimiques est interdite.

3 Entretien

  • —  Entretenez et nettoyez votre jardin de poche tout au long de l’année. Si nécessaire, évacuez les produits de la coupe et mettez-les dans votre compost individuel.
  • —  Prenez toutes les précautions de sécurité et d’hygiène nécessaires lors des travaux d’entretien, compte tenu des contraintes en milieu urbain : circulation, déjections canines, déchets, etc.
  • —  Maintenez une couverture végétale toute l’année et ne laissez pas le sol à nu, même en hiver, afin de protéger le sol et ses organismes des écarts de température et limiter le ruissellement de la terre lors de fortes précipitations.

Règles valables pour des emplacements spécifiques 

1 Au pied d’un arbre

  • —  Faites pousser des plantes non comestibles pour des questions sanitaires.
  • —  Choisissez le pied d’un jeune arbre, il y aura davantage de terre à son pied, de soleil et de pluie qui aideront votre jardin à fleurir ; un conseil pour choisir votre arbre : s’il y a déjà de la végétation à son pied, c’est bon signe !
  • —  Evitez le pied d’un arbre situé à côté d’un passage à piétons pour des raisons de sécurité si la végétation devient abondante.
  • —  Vous pourrez ajouter du compost ou du terreau, mais jamais au-dessus du collet de l’arbre, cela l’abîmerait.
  • —  Si vous travaillez le sol pour l’ameublir : travaillez avec douceur, et ne touchez pas aux racines.
  • —  N’attachez et ne fixez rien au tronc !

2 Sur une pelouse, talus, petit espace vert

  • —  Vous envisagez de planter des plantes comestibles ? La Ville procèdera à une analyse du sol pour éviter de cultiver un sol pollué.
  • —  Si le jardin de poche est voisin d’un arbre, ne cultivez pas et ne posez pas de bac à moins d’un mètre de sa couronne.
  • —  Pensez que les chiens sont à hauteur de jardin et peuvent y accéder : choisissez des plantes hautes ou prévoyez une barrière.